Changements Climatiques

Les changements du monde par le climat

Perte de pouvoir d’achat : la faute aux énergies fossiles

with one comment

Résumé : la situation énergétique des ménages actuelle est telle qu’elle accroît les inégalités. Etude de l’ADEME.

Dans sa lettre ADEME et VOUS n°11, l’ADEME analyse l’évolution du poids du coût de l’énergie sur les revenus des ménages, en fonction du niveau de revenu, de la situation géographique. Il apparaît clairement que les énergies fossiles sont responsables d’une réduction nette et significative du pouvoir d’achat des ménages… et ce n’est pas fini.

Riches et pauvres : les inégalités s’accroissent

  • En 5 ans seulement (2001-2006), la part des dépenses énergétiques a augmenté de 4,7% pour les 20% des ménages les plus pauvres (appelé « quintile 01 » dans le graphique ci-dessous), passant de 10,2 à 14,9% des dépenses totales.
  • 80% des ménages sont touchés par cette augmentation, en pourcentage. Seuls les 20% des ménages les plus riches ont vu la part de leurs dépenses énergétiques diminuer (en pourcentage… ce qui est probablement dû à une augmentation de leurs revenus plus rapide que l’augmentation de leur dépenses énergétiques).

  • Il est nécessaire de préciser que cet indice objectif (analyse de la part des dépenses) ne représente pas totalement l’effet réel d’une telle augmentation pour les plus pauvres. En effet, 1€ quand on touche le smic n’a pas la même valeur que 1€ quand on gagne 10 fois le smic… car les premiers euros gagnés permettent de payer les dépenses indispensables : se loger, se nourrir. Le surplus (quand il y en a, c’est à dire pour les plus riches) est « en plus », et permet de faire des dépenses supplémentaires non nécessaires. Autrement dit, pour une même augmentation des dépenses énergétiques, l’effet d’appauvrissement est beaucoup plus fort pour les plus pauvres que pour les plus riches.

Urbains et ruraux

  • Les ménages habitant en zones rurales ou semi-rurales dépensent nettement plus que ceux habitant en zones urbaines denses.
  • Le graphique est explicite…

Et ce n’est pas fini…

  • Entre 1996 et 2006, l’indice des combustibles fossiles a augmenté de 4,2% en euro constant (hors inflation). Et cela, avant la brusque montée du prix du baril de pétrole que nous connaissons depuis 8 mois.
  • En tenant compte de l’accroissement de l’efficacité énergétique, de l’augmentation du PIB mondial, de l’augmentation de la demande mondiale, de l’inflation mondiale (2% par an), l’ADEME estime qu’il est « envisageable que le prix des combustibles augmente à un rythme annuel proche de 3% par an en euro constant durant la prochaine décennie ». L’ADEME indique que les prix devraient ensuite « progresser de façon exponentielle« .
  • « Faute d’avoir réalisé des travaux de substitution et ou de rénovation substantiels, les ménages modestes pourraient être durement frappés par la hausse du prix des combustibles. »

Il y a donc urgence à agir

Un politique d’incitation à la rénovation urbaine et à l’introduction massive d’énergies renouvelables doit être une priorité absolue des collectivités locales… le péril est écologique mais aussi social (donc économique) !

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. […] parce que ce sont les plus pauvres qui seront de plus en plus victime de laprécarité énergétique. Et que refuser de l’anticiper par une politique structurelle nécessaire, c’est […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :