Changements Climatiques

Les changements du monde par le climat

Evénements extrêmes : une nouvelle étude montre le lien entre réchauffements climatiques et ouragans

leave a comment »

Une nouvelle étude, parue dans Nature le 12 août, renforce la thèse selon laquelle le réchauffement climatique accentuerait l’activité des ouragans en Atlantique nord. Voir l’article de Nature News.

La question de savoir si les ouragans seront plus nombreux à cause du réchauffement climatique est complexe et largement débattue. Il existe des études pour essayer d’établir un lien entre certains facteurs locaux (force du vent, température de surface des mers -SST-…), d’autres ont tenté de replacer les ouragans récents dans un contexte de long terme. Mais les résultats ont toujours été discutés : soit les interprétations font l’objets de discussions, soit le mode de comptabilité des ouragans passés est contesté (il se pourrait que les ouragans passés aient été plus nombreux que ce qui a été compté jusqu’à présent).

Cette étude est la première à essayer d’intégrer sur le long terme les facteurs majeurs connus comme influant les événéments extrêmes (SST des régions principales de développement, El Nino et Oscillation Sude (ENSO), Oscillation Atlantique Nord), au travers d’un modèle. Elle a fait parallèlement une analyse empirique des ouragans, en les recensant par une ananlyse des sédiments déposés sur terre, sur 8 sites différents. Les deux analyses, indépendantes, se sont révélées statistiquement cohérentes. Ce travail d’approche globale a été salué par Urs Neu, chercheur Forum for Climate and Global Change à l’Académie des Sciences Suisse de Bern, comme « une importante étape en avant ».

Les résultats sont les suivants :

– un pic d’activité (des ouragans) a été constaté entre 900 et 1100 après JC. D’après le modèle, ce pic a été rendu possible par une conjonction coordonnéees de facteurs favorables au développement des ouragans. Depuis 1200 ap. JC, ces conditions particulières n’ont pas été réunies, ce qui a conduit à une réduction de l’intensité des ouragans en Atlantique nord… jusqu’à aujourd’hui.

-il existe quelques incohérences entre le modèle et les connaissances historiques d’une part, et les données sédimentaires d’autre part. Les auteurs de l’étude propose différentes explications.

– cette étude montre que les ouragans sont effectivement plus nombreux que la moyenne de long terme depuis les années 1970 (il n’y aurait pas de problème de comptabilité majeur).

– mais surtout, elle montre le lien robuste qui existe entre les eaux de surface (SST) et l’activité cyclonique… et donne du crédit aux prédictions pessimistes selon lesquelles les ouragans devraient s’intensifier avec le réchauffement climatique.

Etude ouragans atlantique nord Nature, Mann, 06.09Modern Atlantic tropical cyclone counts (red) compared both with statistical model estimates of tropical cyclone activity based on modern instrumental (ad 1851–2006; black) and proxy-reconstructed (ad 500–1850; blue) climate indices and an estimate of basin-wide landfalling Atlantic hurricane activity (ad 500–1991) derived from regional composites of overwash sediments (green). All series were smoothed30 at multidecadal (>40-year) timescales. The sediment composite record was standardized to have the same mean and multidecadal variance as the statistical model estimates. Uncertainties for the statistical model estimates (grey shading, indicating 95% confidence intervals) take into account the uncertainty in the statistical model itself (grey shading), and—in the case of the proxy-reconstructed indices (grey shading), the additional uncertainty due to the uncertainties in the proxy-reconstructed climate indices. Uncertainties for the sediment composite record (thin dashed black curves indicating upper and lower limits of the 95% confidence interval) are derived from jackknifing of the full composite with respect to each of the five contributing regional estimates, as discussed in the text.

(extrait de l’article en ligne)

En somme, si les débats sont encore loin d’être conclus sur le sujet, cette étude renforce les inquiétudes concernant l’accroissement des évènements extrêmes induits par le réchauffement climatique.

Les références de l’étude citée :

Atlantic hurricanes and climate over the past 1,500 years

Michael E. Mann, Jonathan D. Woodruff, Jeffrey P. Donnelly & Zhihua Zhang

Nature 460, 880-883(13 August 2009)

doi:10.1038/nature08219

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :