Changements Climatiques

Les changements du monde par le climat

Posts Tagged ‘coûts

Etude de WWF et Allianz sur les conséquences du franchissement de quatre effet de seuil

leave a comment »

Il est toujours intéressant de regarder ce que couvrent les assureurs. Par exemple, il est courant que dans un contrat d’assurance de carte bancaire de bas, il soit fait explicitement mention d’une catastrophe nucléaire (parfois exprimée en des termes cachés tels « rayonnement ionisants ») civile ou militaire est une close suspensive de toute garantie. Si, si, regardez votre contrat ! De manière similaire, il est symptomatique que les assureurs refusent d’apporter des garanties à l’utilisation de produits OGMs. Dans les deux cas, le risque est tel qu’il n’est pas quantifiable et ne peut donc pas faire l’objet d’une couverture assurancielle.

Ce que publient WWF et Allianz aujourd’hui (voir ici le rapport complet) est donc particulièrement intéressant. Les auteurs s’attachent à quantifier les conséquences du franchissement de seuils critiques lors du réchauffement climatique. Ils prennent quatre exemples (montée du niveau de la mer avec anomalie sur la côte est nord-américaine, modifications du régime de mousson indienne, dépérissement et inondations en Amazonie, aridité dans le sud-ouest de l’Amérique du nord) et analysent les conséquences économiques du franchissement d’un « seuil de basculement ».

Très brièvement (faute de temps), un résultat : la modification de la mousson indienne pourrait conduire à une augmentation des sécheresses, pour un coût par décade de 42 milliards de $ aux alentours de 2050 (en dollars d’aujourd’hui). Cette somme n’est pas négligeable. Et les assureurs le savent bien.

Publicités

Climat : l’Union Européenne trouve un accord sur le climat… insuffisant

with 4 comments

Union Européenne climat sommet du 29 30 octobre 2009 résultats financements

Lors de la conf de presse du 30 octobre à l’issue du Conseil Européen, il a été annoncé avec d’immenses sourires que l’Union Européenne « avait fait son job » en matière de climat et qu’elle garde le leadership. En effet, le Conseil a validé un certain nombre de propositions issues de la Commission (voir ici le déclarations du Conseil) :

  • déblocage de financements rapides nécessaires pendant les 3 années à venir (d’ici 2012), compris entre 5 et 12 milliards d’€ par an. Ces sommes sont mondiales, et l’UE considère qu’elles devront être provisionnées sur une base volontaire.
  • un objectif de financement des pays en développement de 100 milliards d’€ par an d’ici 2020
  • dans cet objectif, un financement public compris entre 22 et 50 milliards d’€ par an d’ici 2020 en cas d’accord ambitieux, et pour lequel l’UE est prête à participer dans une « proportion équitable ». La Commission parlait de 15 Md€ dans son papier, le montant n’a pas été précisé par le Conseil européen.
  • la constitution d’un groupe de travail pour arriver à répartir l’effort entre les pays, en fonction de leur capacité à payer (cela a permis de relever les très grandes réticences des pays de l’est)

Plusieurs remarques :

  • à quel titre l’UE est-elle en mesure de décider des volumes nécessaires pour le monde, alors même que les discussions sont en cours ? Il est une chose d’annoncer sa participation à un financement, et une autre de dire combien ce financement global devra représenter. Cette façon de faire pourrait irriter, à raison, les pays en développement.

Surtout que, 100 Md d’euros de financements additionnels (150 Md de $) est un chiffre plutot faible. L’UNFCCC estime les besoins d’investissement supplémentaires plutot à 300 Md de $ par an d’ici 2020.  Il est vrai que l’estimation de l’UNFCCC est mondiale, tandis que l’analyse de l’UE est à destination des pays en développement… donc les deux chiffres ne sont pas comparables. Mais si on prend les deux chiffres pour les réunir en considérant que l’UE prend la même base mondiale que l’UNFCCC, on constate que l’UE considère que 50% des investissements futurs doivent se faire dans les pays développés… ce qui est contestable. Ou alors, c’est que l’UE considère que les besoins de financements sont moindres.

  • sur les 100 Md€, l’UE veut que 22 à 50 Md€ soient publics. C’est faible. Car dans ces 100 Md€, il y a la partie « adaptation » (en distinction de l’atténuation). Or le financement de l’adaptation doit/ne peut qu’être public. Et l’adaptation coûterait plusieurs dizaines de milliards de $ (le chiffre 100 md$ semble raisonnable). Ce qui ne laisse plus grand chose pour l’atténuation… qui a pourtant également besoin de financements publics (même si la majorité des capitaux pourront être privés).
  • 22 à 50 Md€ ca fait 33 à 75 Md$, soit entre 0,083% et 0,188% du PIB de l’OCDE… alors que dans les négociations internationales, les pays en développement réclament entre 0,5% et 2% du PIB des pays de l’annexe I (Annexe I= à peu près équivalents à OCDE).

Bref, l’accord interne de l’UE est heureux. Mais pas aussi spectaculaire qu’espéré. Il n’y aura pas eu de miracle. Il n’y en aura sûrement pas davantage dans les négo internationales. Le climat est mal parti.