Changements Climatiques

Les changements du monde par le climat

Posts Tagged ‘conséquences

Etude de WWF et Allianz sur les conséquences du franchissement de quatre effet de seuil

leave a comment »

Il est toujours intéressant de regarder ce que couvrent les assureurs. Par exemple, il est courant que dans un contrat d’assurance de carte bancaire de bas, il soit fait explicitement mention d’une catastrophe nucléaire (parfois exprimée en des termes cachés tels « rayonnement ionisants ») civile ou militaire est une close suspensive de toute garantie. Si, si, regardez votre contrat ! De manière similaire, il est symptomatique que les assureurs refusent d’apporter des garanties à l’utilisation de produits OGMs. Dans les deux cas, le risque est tel qu’il n’est pas quantifiable et ne peut donc pas faire l’objet d’une couverture assurancielle.

Ce que publient WWF et Allianz aujourd’hui (voir ici le rapport complet) est donc particulièrement intéressant. Les auteurs s’attachent à quantifier les conséquences du franchissement de seuils critiques lors du réchauffement climatique. Ils prennent quatre exemples (montée du niveau de la mer avec anomalie sur la côte est nord-américaine, modifications du régime de mousson indienne, dépérissement et inondations en Amazonie, aridité dans le sud-ouest de l’Amérique du nord) et analysent les conséquences économiques du franchissement d’un « seuil de basculement ».

Très brièvement (faute de temps), un résultat : la modification de la mousson indienne pourrait conduire à une augmentation des sécheresses, pour un coût par décade de 42 milliards de $ aux alentours de 2050 (en dollars d’aujourd’hui). Cette somme n’est pas négligeable. Et les assureurs le savent bien.

Publicités

Les coûts de l’adaptation aux changements climatiques drastiquement sous-estimée (étude)

with one comment

Un rapport (Assessing the costs of adaptation to climate change, a review of the UNFCCC and other recent estimates) publié par l’International Institute for Environment and Development sur le coût de l’adaptation aux changements climatiques affirme que ce dernier a été très largement sous-estimé.

Les auteurs discutent les résultats trouvés par l’UNFCCC lors de ses estimations concernant les coûts de l’adaptation réalisées en 2007 (Investment and financial flows relevant to the development of an effective and appropriate international response to Climate Change). L’UNFCCC a estimé les besoins à entre 49 et 171 milliards de dollars par an d’ici à 2030 (en dollars d’aujoud’hui, c’est à dire en valeur actualisée). Ce résultat correspond aux résultats des études précédentes (le rapport Stern (2006), la Banque mondiale (2006), Oxfam (2007) et l’UNDP (2007)). Les études précédentes à celle de l’UNFCCC donnent les résultats suivants :

Adaptation table1

Les auteurs soulignent que toutes ces études ont des résultats convergents, mais que cela s’explique parce qu’elles utilisent des analyses identiques (elles s’appuient les une sur les autres) et qu’elles n’ont pas fait l’objet d’une « peer review » (analyses par des scientifiques/économistes du domaines mais indépendant). Elles utilisent également toutes la même méthode d’estimation : elles prennent les investissements actuels qui sont considérés comme sensibles au climat puis elles actualisent ces investissements par un facteur qui représente la variation du climat.

Voici comment se répartissent les besoins selon l’UNFCCC :

Adaptation table2

Les auteurs font les remarques suivantes :

  • Les informations relatives à l’adaptation aux futurs impacts sont rares. De ce fait, certains secteurs -et non des moindres- tels que les activités extractives et production manufacturière, l’énergie, le tourisme, le commerce, ne sont pas inclus dans l’étude de l’UNFCCC. Concernant les écosystèmes, une estimation a été tentée puis écartée de l’analyse finale, toujours par manque d’information. Concernant les secteurs inclus, l’analyse est parfois clairement partielle (pour le secteur de la santé, seules maladies liées à la diarrhée, la malaria et la malnutrition ont été étudiées et uniquement dans les pays à revenus moyens ou faibles).
  • Le principe de l’actualisation des flux d’investissements sensibles au climat n’a pas de raison d’être dans tous les domaines dans lesquels ils sont déjà insuffisants à l’heure actuelle pour faire face aux variations actuelles du climat (variations de pluviométrie, évènements extrêmes). Ces manques de moyens sont appelés « déficit d’adaptation ». et ils correspondent en fait à un manque de « développement ». Or l’UNFCCC s’est concentrée sur les coûts additionnels dûs auc changements climatiques uniquement. En conséquence, même en couvrant les besoins de l’adaptation déterminés par l’UNFCCC, les pays pauvres ne pourront faire face aux besoins dans le climat de demain.
  • Les auteurs de l’études estiment que pour dépasser les problèmes d’infrastructures et de logements représentent 315 milliards de dollars dans les 20 ans à venir, auxquels il faut ajouter 16 à 63 milliards de dollars liés aux coûts supplémentaires induits par les changements climatiques.
  • Une question clé est de savoir combien de dommages on souhaite éviter. En effet, les coûts des dommages ne progressent pas linéairement… Eviter les 10 premiers pour-cents du dommage est probablement bien moins onéreux que d’éviter les 10 derniers pour-cents.

En conséquence, il n’est pas possible de s’adapter à une partie des dommages (car ils seraient trop coûteux, ou bien c’est tout simplement impossible de les supprimer). Ils sont appelés « dommages résiduels ». L’UNFCCC ne dit pas clairement le niveau de dommages résiduels estimés… ils seront pourtant non négligeables (par exemple, ils sont estimés à 1/5 des impacts totaux sur l’agriculture en 2030). Evidemment, le niveau des dommages résiduels est fonction de l’atténuation des émissions.

  • L’UNFCCC ne s’intéresse apparemment pas suffisamment à l’adaptation dite « soft ». En effet, l’analyse de l’UNFCCC ne repose que sur une projection à partir de ce qui est fait actuellement ; or il serait beaucoup moins coûteux de s’adapter avec des systèmes différents et plus efficaces (par exemple pour les infrastructures relatives à l’eau).
  • Le coût de l’adaptation au delà de 2030 est un mystère (l’UNFCCC ne le cache pas) : comment évolueront les courbes de coûts ? Peut-être de manière quadratique pour certains secteurs, pour certains auteurs.

Conclusion : d’après ce qui a été dit, les auteurs du rapport estiment que les coûts sont sous-estimés de l’ordre de 2 à 3 fois, et ce uniquement pour les secteurs considérés. Evidemment le coût total serait encore bien plus important en incluant les autres secteurs (par exemple, la conservation des écosystèmes pourrait coûter entre 65 et 300 milliards de dollars par an).