Changements Climatiques

Les changements du monde par le climat

Posts Tagged ‘insuffisance

Le point sur les promesses d’atténuation des émissions de gaz à effet de serre dans le cadre des négociations sur le climat

with 4 comments

Une étude de Le Quéré et al. vient de paraître dans Nature Geoscience, indiquant que les émissions de CO2 d’origine énergétique ont augmenté de 48% entre 1990 et 2008. Mais surtout, l’étude indique, malgré une forte incertitude, une réduction des puits naturels de carbone (océan, biosphère), puisque le carbone émis restant dans l’atmosphère chaque année serait passé de 40% à 45% entre 1959 et 2008 (voir le résumé sur le blog Libé Sciences). Cette étude renforce les craintes de l’activation de « rétroactions positives », qui accentueraient/accélèreraient le changement climatique.

Toujours est-il que les petites négociations des petits humains continuent, afin de pouvoir ralentir et atténuer la catastrophe en cours. Il est peut-être nécessaire de faire le point sur l’état des engagements des pays développés (dits de « l’Annexe I »), élément clé de la négociation en cours.

Le GIEC a établi un scénario qui permettrait de limiter le « réchauffement à 2°C en 2100 », objectif politique maintenant largement repris (même si certains y renoncent), voir le post ici). En fait, pour être précis, le scénario du GIEC vise à limiter le réchauffement entre 2,1 et 2,4°C à long terme. Ce scénario oblige une déviation substantielle des pays émergents de leur scénario « business as usual » et une réduction de 25 à 40% des émissions des pays développés en 2020 par rapport à 1990. Sachant que même en respectant ce scénario, d’après plusieurs études, il y a environ une chance sur deux de dépasser l’objectif du 2°C en 2100. Il faudrait donc viser le haut de la fourchette.

L’insuffisance incontestable des engagements des pays industrialisés

Lors de la dernière séance de négociations, plusieurs chiffres ont circulé, relativement semblables et indiquant l’insuffisance des efforts des pays développés. Mais reprenons les plus officiels : ceux compilés par le secrétariat de la convention des Nations unies contre les changements climatiques (UNFCCC).

En agrégeant tous les engagements des pays développés (y compris les Etats-Unis), la réduction de leurs émissions n’atteindrait que 11 à 14% en 2020 par rapport à 1990. Ce qui serait très insuffisant en comparaison avec le scénario du GIEC (motif de blocage des négociations).

Une autre source est cet intéressant document du WRI, qui propose d’effectuer une comparaison en termes de réduction absolues, par tête et en intensité énergétique. Le premier indicateur permet de juger de l’efficacité environnementale des objectifs ; le second permet de juger de la tendance en termes d’équité ; le troisième permet de mesurer l’effort imposé à l’économie.

Ce qui est intéressant avec cette analyse est que concernant les Etats-Unis, elle ne considère pas uniquement les engagements obtenus par le système du cap and trade inclus dans la législation en cours de discussion devant le Congrès (ACESA ou CEJAPA, suivant quelle version considérée), mais également les réductions qui pourraient avoir lieu par ailleurs dans d’autres mesures (standards d’efficacité…) et par de la compensation (voir le détail de l’étude du WRI sur les Etats-Unis ici). Concernant la compensation, l’étude considère que celle-ci est bien effective et additionnelle aux réductions effectuées par les pays en développement.

L’étude prend pour chaque pays les engagements faibles et les engagements forts annoncés, ce qui permet d’établir des fourchettes.

Concernant les réductions absolues, les conclusions du WRI sont très similaires à celles du secrétariat, indiquant qu’elles n’atteindraient que 10% par rapport à 1990 (dans le cas des engagements faibles) et 24% (dans le cas d’engagements forts et d’inclusion du changement d’usage des sols). Dans le meilleur des cas, les pays développés n’atteignent pas même le minimum de la fourchette identifiée par le GIEC ; on est loin des 40% de réduction demandés par les pays pauvres afin de minimiser d’autant les risques d’un dépassement du 2°C.

Le choix de l’année de référence

Le choix de l’année de référence est source d’intenses négociations, certains pays voulant abandonner 1990 pour 2000 ou 2005. Cette bataille s’explique parce que la répartition des émissions de GES a évalué en 15 ans : la chute de l’URSS et l’administration Bush sont passées par là. L’ex URSS a intérêt à garder 1990 comme année de référence car cela permet une augmentation des émissions par rapport à aujourd’hui, tout en affichant une réduction par rapport à 1990 (les émissions s’étant effondrées entre temps). Inversement, les USA ont intérêt à ce que l’année de référence soit la plus tardive possible : leurs émissions ayant augmenté, le même objectif en valeur absolue se traduit par une plus forte réduction en pourcentage avec 2005 comme année de référence qu’avec 1990. Voir la comparaison ci-dessous (avec 2005 en année de référence, les Etats-Unis sont bien plus ambitieux en termes de réductions relatives que l’UE !).

Mais soyons honnête : il serait plus logique de garder 1990. D’abord parce que c’est l’année de référence du protocole de Kyoto, ensuite parce que le scénario du GIEC repose sur 1990 (il faudrait donc tout actualiser), enfin parce que -si on ne regarde que les réductions en %- il est logique de récompensé ceux qui n’ont pas attendu pour agir (l’UE en particulier).

Emissions par têtes

L’idée est qu’à long terme, les émissions par tête devraient tendre à s’égaliser, sur la base d’un principe simple : tous les humains ont droit de jouir à égalité de la ressource « atmosphère ».

Le tableau ci-dessous regroupe les émissions par têtes.

On remarque l’évolution des émissions par tête de la Russie, avec une forte augmentation par rapport à 2005… Clairement, l’engagement de la Russie n’est pas équitable.

Intensité carbone de l’économie

Afin de pouvoir comparer les économies, cet indicateur fait le ratio des émissions par la création de richesse.

Intensité carbone de l’économie (en GgCO2 équiv./million § de 1990)

On remarque la très faible intensité actuelle et future de la Norvège ; les Etats-Unis se rapprocheraient de l’intensité de l’UE ; la Russie verrait son intensité carbone diminuer significativement malgré un niveau encore élevé.

En conclusion

JL Borloo a raison de dire qu’on a un problème avec les Etats-Unis, si on considère uniquement les réductions domestiques par cap and trade, ce qu’on fait généralement. L’étude du WRI donne un peu d’espoir, en indiquant qu’en utilisant des mécanismes de flexibilité, les Etats-Unis peuvent aller plus loin, et presque rejoindre l’UE en termes de réductions par rapport à 1990. Mais dans ce cas, on peut considérer c’est l’UE qui ne va pas assez loin, puisque cette dernière n’a pas le retard accumulé par les Etats-Unis sous l’administration Bush.

Oui, les Etats-Unis n’ont pas annoncé d’objectifs chiffrés pour l’instant ; mais comme l’a souligné Yvo de Boer lors de la conclusion des discussions de Barcelone, ils pourraient venir avec un chiffre à Copenhague, il faut qu’ils le fassent. Et dans ce cas, l’UE ne sera plus forcément à son avantage avec son petit 30% de réductions…

Désolé pour la mauvaise qualité des tableaux et diagramme ci-dessus… vous pouvez les retrouver dans le document original.

Publicités

Alerte pour Copenhague : les discussions à Bonn montrent le manque d’engagement des pays industrialisés

with one comment

Les choses bougent dans le cadre des négociations « informelles » à Bonn…

L’analyse des données officielles (annonces par les gouvernements de leurs objectifs de réductions) réalisée par l’UNFCCC montre que, dans l’état actuel des choses, les pays industrialisés ne réduiraient leurs émissions que de 15 à 21% en 2020 par rapport à 1990. En considérant le changement d’usage des sols (agriculture notamment), le chiffre passe entre -13 et -20% en 2020 par rapport à 1990.

Ces chiffres n’incluent pas les Etats-Unis, puisqu’ils n’ont pas ratifié le protocole de Kyoto… s’ils étaient inclus, ils ne feraient que diminuer encore la moyenne, puisque la loi Waxman-Markey prévoit une réduction de -14% en 2020 par rapport à 1990.

Quoi qu’il en soit, ces projections prouvent que les pays développés ne sont pas dans les clous : le rapport du GIEC projette un besoin de réduction compris entre -25 et -40% en 2020 par rapport à 1990 pour les pays industrialisés, et une déviation significative pour les pays émergents par rapport à la tendance pour pouvoir espérer une atténuation du réchauffement à 2°C.

Pour une autre étude alarmante sur les engagements des pays, se reporter à cet article de Nature (Halfway to Copenhagen, no way to 2 degrees) paru au mois de juin.

Dans ces conditions, l’argumentaire de la Chine et de l’Inde selon lequel les pays industrialisés ne vont pas assez loin sort particulièrement renforcé.

Dépêche Reuteurs :

Rich nations offer 15-21 pct CO2 cuts by 2020-UN

By Alister Doyle, Environment Correspondent

BONN, Germany, Aug 11 (Reuters) – Industrialised nations excluding the United States are planning cuts in greenhouse gas emissions of between 15 and 21 percent below 1990 levels by 2020 under a new U.N. climate pact, official data showed on Tuesday.

The numbers, issued to delegates at Aug. 10-14 U.N. climate talks in Bonn, fall short of cuts of between 25 and 40 percent outlined by a U.N. panel of scientists to avert the worst of global warming such as heatwaves, floods and rising sea levels.

« Emissions … are expected to be between 15 and 21 percent below 1990 levels by 2020, » the U.N. Climate Secretariat said of the figures, compiled from widely differing plans by nations including Russia, Japan, Canada and European Union members.

Overall emissions by the 39 industrialised nations, based on the existing plans, would fall to the equivalent of between 10.71 and 9.86 billion tonnes of carbon dioxide in 2020 from 12.53 billion tonnes in 1990.

The data excludes the United States, the top greenhouse gas emitter after China, which is outside the current Kyoto Protocol obliging all other industrialised nations to cut emissions by an average of at least 5 percent below 1990 levels by 2008-12.

The 2020 numbers include a promise by New Zealand on Monday to cut emissions by 10-20 percent. Environmentalists criticised that goal for hinging on conditions such as agreement at U.N. talks in Copenhagen in December on a strong new climate deal.

The EU, Switzerland, Norway and Liechtenstein are offering the deepest cuts — some with strings attached — according to the plans. Canada, Japan, Belarus and Russia are among those planning smaller reductions.

Inclusion of the United States would reduce the overall ambition since President Barack Obama aims to return U.S. emissions to 1990 levels by 2020, a cut of about 14 percent from current levels after a sharp rise since 1990.

BUSH LEGACY

Former President George W. Bush said Kyoto would be too costly and wrongly excluded 2012 targets for developing nations such as China, India and Brazil.

National submissions use widely varying assumptions, such as the use of forests which soak up carbon dioxide as they grow. Including changes in land use and forestry, emissions would fall by between 13 and 20 percent by 2020, the data show.

Yvo de Boer, head of the U.N. Climate Change Secretariat, said earlier 2020 pledges were « miles away » from the ambition needed to meet a goal by Group of Eight leaders at a July summit in Italy to cut emissions by 80 percent by 2050.

He also told Reuters the Bonn talks among 180 nations had « got off to a good start » to address huge tasks such as shortening a contentious 200-page draft text for a global U.N. climate accord to succeed Kyoto in Copenhagen.

The chief climate negotiator for Sweden, which holds the rotating presidency of the European Union, saw signs of hope.

« I think we have a slightly positive dynamic, » Anders Turesson told Reuters. « On some issues I can sense some progress. »

He welcomed the fact major emitters at a summit last month in Italy, including the G8 and China and India, had backed a broad scientific view that global warming should be limited to below 2 Celsius (3.6 Fahrenheit) above pre-industrial times.